mercredi 16 décembre 2015

Franck Sauzée : une carrière en buts, et en vidéo.

Franck Sauzée. Arrière central (libero), milieu de terrain, plutôt défensif ou relayeur, un peu les deux, donc en bref milieu de terrain, parfois positionné en 10 pour faire prévaloir sa frappe de balle exceptionnelle...et d'ailleurs voilà, on y est. Ses tirs terribles, surpuissants, et son jeu de tête également. C'est ce qui nous intéresse ici et c'est au travers de diverses compilations de ses buts que l'on se proposera de passer en revue la carrière de l'ardéchois.
Commençons par le début, et les débuts dans le foot de haut niveau pour Franck Sauzée s'éffectuent à l'école sochalienne. Il débute en Division I, à peine majeur, le 16 août 1983 dans un Rouen-Sochaux comptant pour la cinquième journée de Championnat en remplaçant l'emblématique Jean-Pierre Posca à la demi-heure de jeu pour une défaite 1-0 (but de Didier Monczuk à la 35ème). Le FCSM se classera 7ème à l'issue de cette saison durant laquelle le jeune Sauzée inscrit un but face à Lens le 20 septembre (2-2 à Bonnal).
Une belle entrée en matière dans le monde du foot pro aux côtés des jeunes Anziani (22 ans), Paille (18) et des plus expérimentés Posca ou encore l'international danois Agerbeck, sans oublier le gardien Rust ou le défenseur Ruty tandis que Genghini avait quitté le club en 1982 pour "remplacer" Platini à l'AS Saint-Etienne (et évoluait pour la saison 1983-1984 à l'AS Monaco pour un nouveau transfert qui faisait suite à "l'affaire de la caisse noire" dans le club du Forez).
Mais revenons à nos moutons, et à Franck Sauzée qui parmis cette joyeuse troupe de jeunes joueurs du FC Sochaux saura maintenir le club doubiste en D1 durant trois saisons tout en se signalant du point de vue individuel comme un défenseur (ou milieu) prolifique en terme de buts marqués avec le score régulier de 8 puis 7 puis encore 8 buts au compteur. Mais patatra...cette quatrième saison (86-87 donc) est celle de la relégation en D2.

Mais abracadabra il y a aussi la Coupe de France, et toute sa magie, et au bout d'un parcours 87-88 exceptionnel tant en championnat de D2 que surtout en Coupe de France (tant que surtout?) durant lequel aucune des équipes de D1 suivantes ne résistera aux "lionceaux" : PSG, Montpellier, Lens et Nice en demis. Finale. Le Parc des Princes accueille Sochaux et Metz pour un derby de l'Est assez inattendu, mais...prometteur. Les sochaliens sauront résister à cette nouvelle équipe de D1 jusqu'à une séance de penaltys qui voyait un futur parisien craquer sous la pression et laisser Dame Coupe rejoindre la Lorraine. Oui, celui qui craquait c'etait Madar, tout juste 20 ans et plein de talent, et non, la victoire n'était pas imméritée pour Metz. 

Malgré la qualité des jeunes du FCSM qui ont, par ailleurs, surement beaucoup donné pour l'équipe de France espoirs, championne d'Europe (Paille, Sauzée, Sylvestre, Lada), Sochaux devra se contenter du titre honorifique de finaliste de Coupe et du titre de D2 ce qui est déjà beaucoup. Ce qu'a pu également pensé Sauzée lorsqu'il se vit offrir un contrat par l'Olympique de Marseille comme du reste, les dirigeants de son club formateur qui virent donc leur lionceau s'envoler vers des cieux plus azurs.

Retour en vidéo VHS sur la carrière sochalienne de Sauzée avec cette compilations de buts, compilation qui fait la part belle à l'épopée en Coupe de France 87-88 :



Notre lion ailé, qui n'hésite donc jamais à se porter au front de l'attaque, comme on a pu le constater au visionnage de cette vidéo, allait devenir avec Marseille, Champion de France pour de vrai de D1, en 89. Un titre que l'OM avait remporté pour la dernière fois en 1972 et qui initierait une série de victoires. Donc des débuts marseillais gagnants pour Sauzée avec à titre personnel ni plus ni moins que le but du sacre à son actif, face à Paris, dans ce style admirable qui fut le sien.



Notre autre patator national allait donc découvrir la Coupe d'Europe des Clubs Champions ancienne formule, et pas encore systématiquement anglicisée en "Champions League", la saison suivante. Et malgré des prestations dirons-nous solides, voire très solides, ou même brillantes tant au niveau individuel pour Sauzée que pour son équipe, la route s'arrêtera en demi-finales face au Benfica de "ce diable de Vata" qui empêchait Marseille dans ses objectifs européens, bien plus élevés, dès cette année-ci. Il y eu, aussi, le manque de réussite d'un Francescoli pourtant de feu lors de ces rencontres, tout comme Sauzée, toujours de feu et également auteur d'un but en demis comme de deux autres plus tôt dans la compétition face à Schmeichel (Bronby), et face au gardien de Sofia (Valov).

Pour des raisons qui appartiennent aux dirigeants concernés, Sauzée allait être transféré à l'issue de cette saison vers l'AS Monaco - ce qui ne l'a pas éloigné de l'équipe de France. Il y fût très bon, remportant la Coupe face à...l'OM mais finissant second en championnat derrière...l'OM, qui rafle le titre pour la troisième fois d'affilée. 

C'est donc après un crochet par Le Rocher que Franck Sauzée allait connaître la meilleure et la pire année de l'OM : 1993. Nous faisons donc l'impasse sur la saison 91-92 qui voit Sauzée regagner Marseille pour un nouveau titre de champion de France et en venons au faits. Le titre de Champion d'Europe, avec un Sauzée omniprésent lors de la désormais "Champions League", première du nom, avec 6 buts inscrits dont un triplé face au CSKA Moscou.

Tous ses buts européens ont bien sûr fini sur bobines :



Peut-être peut-on parler d'une finale un peu manquée du point de vue performance individuelle face aux Milanais concernant Sauzée mais que dire du finish de la saison du club qui se verra impliqué dans une affaire judiciaire, à propos de corruption et/ ou de tentative de corruption, l'affaire V.A-O.M.
C'est à l'issue de cette saison que Sauzée ira se frotter de nouveau aux Milanais dans le championnat décrit comme étant le meilleur du monde, la Serie A italienne, en signant pour l'Atalanta de Bergame, devenant ainsi l'un des rares français, avec Cantona (Manchester) et Papin (Milan) à evoluer à l'étranger.
Autant le dire, fini les conquêtes européennes. Mais avec l'Equipe de France, la perspective de jouer le prochain mondial aux Etats-Unis en juillet 94 est bien réelle avec un début de phase qualificative satisfaisant. Cependant, dans un climat de tension, voire de crise dans le football français (l'affaire dont nous parlions plus haut, un duel Fédération-Ligue et un duel OM-PSG qui atteignait son paroxysme) les choses n'allaient faire que se gâter pour les "Bleus" avec un nul en Suède pour le match de rentrée en août et puis surtout les deux défaites au Parc du 13 octobre 1993 face à Israël et surtout du 17 novembre 1993 face aux Bulgares, déroute restée ancrée dans les mémoires bien que ce jour-là, il n'y eu pas mort d'homme. 
Comme en 1990, L'Equipe de France ne ferait pas partie des 24 équipes présentes en Coupe du Monde et la carrière internationale de Franck Sauzée (auteur du but français en Suède et d'un autre contre Israël) en resterait là, elle qui s'était pourtant si bien initiée par ce titre de champion d'Europe espoirs, en 1988.

En 39 sélections A, Franck Sauzée a inscrit 9 buts. Les voici, sans oublier ceux inscrits au CE espoirs de 88 :


FRANCK SAUZEE BUTS EQUIPE DE FRANCE par wm442433


Après cette non-qualification en Coupe du Monde et une seule saison dans le calcio pour seulement 16 matchs et 2 buts inscrits, Sauzée retrouve la France en rejoignant le club phare de la région Alsace, le Racing Club de Strasbourg où il connaît une première saison mi-figue mi-raisin avec une décevante 10ème place en championnat malgré un effectif intéressant (Mostovoï, Keller, Vencel, Gravelaine...Leboeuf), saison en partie sauvée par une finale en Coupe de France, certes perdue face au PSG, mais qui offrait une qualification européenne au RCS avec une Coupe Intertoto qui, même si l'on ne le savais pas encore, allait s'avérer fructueuse, du moins sportivement, en débouchant sur une qualification en C3 pour la saison suivante. La moindre des choses pour une ville qui se veut être "capitale européenne", soit dit en passant.

Personne ne se souviendra qu'en 1995-96 Strasbourg a progressé au classement du championnat en terminant cette fois 9ème, ni que le RCS a éliminé le Tirol Innsbruck puis Ujpest en Coupe de l'UEFA mais que le club fut éliminé en 16èmes par le Milan AC, sans être ridicule, loin de là ça, oui. Et puis, peut-être surtout, que celui que l'on surnommait désormais "Kaiser Sauzée" (on est à deux encablures de Munich et puis, non, Sauzée n'était pas forcément un tendre sur les terrains où il faisait plutôt parler sa masse physique, c'est mieux pour un footballeur, quand on le connaît maintenant d'avantage pour sa petite voix toute fluette de commentateur, oui mais...à l'époque...j'vous garantis...non puis c'était un aboyeur aussi...) inscrivit un but fantastique à San Siro.

Ce but était déjà inclus dans l'une des précédentes vidéos (les buts en Coupe d'Europe) mais repassons-nous ce qui peut-être considéré comme un chef d'œuvre. Allez, en version courte cette fois :



Et puis c'est le MHSC et toujours le ventre mou du championnat avec une première saison à 7 buts (une sorte de moyenne pour Sauzée en carrière) et puis 0 et puis 2 avec le poids des ans et une position reculée en libéro de plus en plus bien calé derrière la défense.

C'est alors qu'en janvier 1999 (Sauzée a 33 ans), les Hibernians d'Edimbourg décide d'attirer le français alors que le club évolue en D2. Sauzée accourt et rejoint un championnat dans le pur style britannique qui lui convient bien, à base de duels aériens, de tacles et bon vieux gros tirs de loin. Tout ce que Sauzée a toujours su faire. Et bien. Et puis il y a l'ambiance du football écossais, qui n'est pas très éloignée de celle du foot anglais serait-on tenté de dire, et puis aussi... tellement typique! Francky s'y éclate complètement (comme on pourra le voir par la suite) et remporte le deuxième championnat de D2 de sa carrière. En 2001, soit deux ans plus tard seulement, Sauzée et les "Hibs" terminent même 3ème de la "Scottish Premier League" et finaliste de la "Scottish Cup".
Franck Sauzée raccroche les crampons au mois de décembre de la même année pour remplacer McLeish sur le banc, ce dernier ayant rejoint les Rangers. Il reste aujourd'hui un héros du côté du club des Irlandais d'Edimbourg où il est considéré comme l'un des tout meilleurs joueurs de l'histoire du club, si ce n'est le meilleur.

Et ça donne des vidéos d'excellente qualité sur le "Wèbe" telles que celles-ci :





De nombreux autres buts de Franck Sauzée peuvent être visionnés sur les plateformes de vidéos en ligne les plus connues.

Bonus avec ce but d'avant-centre contre Lyon en 1989, avec Marseille :



Autres bonus avec un fort joli but sur coup-franc et sous les couleurs monégasques face à Gueugnon :



Et avec celui-ci pour Strasbourg dans un duel Alsace vs Lorraine face à Metz (Songo'o dans les buts) :



Et pour ne pas léser les montpelliérains :




Compilations assemblées grâce aux différents "posts" initiaux de MrBrrrou (pour la période sochalienne), Michka Kan et sp1873, principalement.

Aucun commentaire :

Publier un commentaire