lundi 16 janvier 2017

L'AS Monaco 1960-1961 par Lucien Leduc

L'effectif de l'AS Monaco champion de France 1960-1961 passé en revue par son entraîneur Lucien Leduc (en juillet 61 dans Football Magazine).

AS Monaco 1960-1961 : Debout Kaelbel, Nowak, Alberto, Bianchéri, Thomas, Ludo.
Accroupis Hess, Hidalgo, Roy, Cossou, Carlier.

Lucien Leduc (ici 10 ans après le titre de 61)

LES CHAMPIONS PASSES EN REVUE :


GAROFALO
Garofalo a fait une remarquable saison. C'est un garçon a qui l'on a fait une réputation, et les réputations sont tenaces. Ce n'est pas uniquement parce que son poste de gardien de but est particulier, c'est le personnage créé autour de lui. Il a un peu  joué ce personnage de "farfelu" mais je sais qu'il a eu certains ennuis familiaux qui ont contribué à le marquer. On ne peut pas aller jusqu'au fond de la vie privée des grands footballeurs, mais la vie privée peut parfois expliquer leur comportement. On peut le confondre dans la collectivité, mais il faut l'y amener. Il ne viendra pas spontanément, il est un peu hérissé, mais il n'y a rien là d'irrémédiable.

NOVAK
Novak est passé du poste d'arrière gauche à celui d'arrière droit bien qu'étant gaucher exclusif. Il a des qualités athlétiques. Je crois qu'on a trop tendance à dire que les monégasques ont une défense athlétique qui emploie des moyens trop virils. Je crois que c'est plutôt le contraire parce que je leur reproche précisément de trop vouloir subtiliser le ballon alors que dans certaines circonstances il s'agit d'interdire ou de priver l'adversaire du ballon parce que c'est absolument nécessaire. Novak ne profite pas toujours de ses qualités athlétiques.

KAELBEL
Cette saison, il y a eu le cas Kaelbel. Raymond n'a pas joué tous les matches. Je pense que c'est une question nerveuse car, physiquement, il est intact. L'année dernière il a produit des efforts qui l'ont marqué, ce qui fait qu'il n'a pas recommencé avec son autorité légendaire, ce qui fait aussi qu'il a dû douter un peu de lui même. Il ne faut quand même pas oublier qu'il a fait pas mal de matches que nous avons gagnés. Contre Lens, il a marqué les deux buts de la victoire ; à Rouen, il a marqué le penalty qui nous a permis de mener à la marque. D'autre part, il est certain que la réussite de Ludo lui a porté ombrage. Une certaine préférence pour le poste d'arrière central n'a pas contribué à le remettre en confiance. Mais Raymond est à un âge ou un joueur doit être en pleine possession de ses moyens et il doit revenir au premier plan.

THOMAS
Thomas est en quelque sorte le seul joueur qui n'a pas été sélectionné. C'est une distinction dont il se serait facilement passé car sincèrement je considère que c'est un excellent arrière. Je l'ai vu réaliser d'excellentes performances. Seulement on dit qu'il est brutal ; il ne joue pas dur mais il discute un peu trop et s'il s'énerve il a quelques gestes répréhensibles, qui ne portent pas tellement à conséquence, mais qui sont spectaculaires et désagréables. Alors il est repéré. Autrement, c'est un bon arrière.

BIANCHERI
Biancheri a été le digne pendant d'Hidalgo. Il a atteint sa forme de pointe quand lorsqu'il a été sélectionné. Evidemment, il a fiat un match contre la Finlande et un autre contre la Pologne où il n'a pas eu tellement l'occasion de se surpasser alors que dans ces circonstances il faut pouvoir et savoir prendre des initiatives. Mais le joueur, quand il joue pour la première fois en Equipe de France, se limite dans ses actions à moins qu'il ait beaucoup d'audace. Ce demi-échec lui a laissé un peu de regret, quoique ce soit un garçon qui dit aujourd'hui : "je suis bien content d'avoir joué au moins deux fois dans l'équipe de France". Oui, Biancheri a fait une saison très régulière.

HIDALGO
Michel Hidalgo avait perdu confiance. Il l'a retrouvée dans le rôle d'inter. Je l'ai fat joué demi cette saison et il s'est imposé remarquablement. Il a des qualités d'adaptation étonnantes car il ne s'est pas spécialisé dans un rôle défini. Au départ, je l'ai tout de suite fait joué contre sa nature en lui attribuant des fonctions défensives, pour voir s'il était capable de se heurter, quitte à dire après : il n'y a rien à faire. Eh bien ! Hidalgo a fort bien joué demi défensif. APrès il a eu la bride sur le cou. Il a joué inter de soutien au milieu de terrain, même inter de pointe et à tous les postes il a évolué avec bonheur. Sa saison a été remarquable.

HESS
Hess est un joueur qui a un style qu'on pourrait qualifié d'échevelé, une façon de jouer particulière. Il est capable d'accélérer le rythme du jeu très rapidement. Il donne la balle, il s'engage avec une facilité remarquable. D'autre part, il réussit du point de vue technique des choses qui sont vraiment très bien.
Il est très utile dans mon équipe parce que, indépendamment de son rôle d'inter, il a joué également ailier, come il avait joué l'année dernière demi et même une fois arrière. A l'entraînement, il est même parfois gardien. C'est donc l'homme-orchestre.

LUDO
Ludo a enfin trouvé la consécration qu'il méritait. Je pense qu'on a eu longtemps tort en considérant Ludo dan le sens de la sélection. On disiat : "Ludo, on le connaît"., c'était plutôt le juger dans un sens péjoratif. On disait : "il est limité", alors qu'au contraire, des qualités, il en a autant que certains joueurs qui avaient été sélectionnés. La meilleure preuve, il l'a donné à Madrid. Il a très bien tiré son épingle du jeu quelles que soient les circonstance, même si ce jour-là les événements ont été favorables à l'équipe de Francepuisque l'équipe d'Espagne  n'a pas répondu à l'attente. Il est certain qu'il a fait son devoir et a été un des piliers de l'équipe cette saison. il ne se livre pas beaucoup, il a beaucoup de sang-froid, quelquefois je lui en trouve trop parce qu'il prend certains risques dans la surface de réparation qui font passer un peu le frisson. Mais il mérite toutes les louanges pour sa saison exemplaire.

THEO
Théo est un joueur qui a une technique exemplaire et utilitaire. Le défaut de la cuirasse de Théo, bien qu'il ait fait des progrès sous ce rapport, c'est lorsque ça va mal. Théo a un peu un tempérament d'artiste et lutte contre celà pour réagir. C'est un garçon très sensible malgré les apparences, et robuste. Et, d'autre part, on ne peut pas dire que sur le marché il y avait des possibilités innombrables de choisir tel ou tel joueur. Nous vons eu l'occasion de prendre Théo et, personnellement, je m'en félicite. Il joue un rôle de régulateur et on peut toujours attendre de lui un éclair, une flambée, une passe originale ou une ouverture qui amènent un résultat.

DJIBRILL
Djibrill a fait de gros progès techniques. Il a des périodes de pointe sensationnelles. C'est qu'il ne joue pas à l'économie ! Il faut pouvoir le ménager à travers le championnat et il faut que lui aussi sâche se ménager à travers un match, ce qui est beaucoup plus difficile car il y a la question du tempérament qui intervient. Djibrill a mis ses adversaires sur le genoux le jour où il était en plein boum mais celà pose des problèmes de récupération. Djibrill a atteint certains sommets. Il est docile, compréhensif. Il avait été retenu pour l'équipe de France B. Mais moralement il a été touché parce que, finalement, il n'a pas joué. Citoyen français et ressortoissant togolais, ou citoyen togolais et ressortissant français, c'était une subtilité. COnvoqué à Paris, il pensait que c'était fait...mais on l'a décommandé.

ROY
Roy a fait des progrès sous l'angle technique et cela n'a pas altéré son tempérament de battant. Il a fait d'excellents matches, le meilleur de sa carrière en Coup Drago, contre le R.C Paris. Vraiment, ce jou-là, il a été sensationnel. Je pense qu'il est encore perfectible. Il a été sélectionné contre l'Espagne et il a fait, je cois, exactement ce que l'on atendait de lui au centre de l'attaque. C'est une expérience qui devra être renouvelée. Oui, Roy est capable d'aller encore plus haut car maintenant il a une confiance totale en lui.

COSSOU
Cossou est absolument l'antithèse du joueur classique. Sa principale qualité réside dans un réalisme déconcertant. Il réussit des choses extrêmement difficiles et les choses relativement faciles, eh bien ! Il les rate parfois. Lui aussi très perfectible du fait de son âge. Cette année, il a marqué pas mal de buts quoique ayant été blessé contre la Bulgarie.

CARLIER
Carlier a fait une excellente saison. Il a mis un point final au championnat par un étonnat coup-franc. Il a une frappe du gauche remarquable et une certaine facilité. On ne trouve pas tous les jours ce qu'on appelle l'ailier-type. Eh bien ! Carlier, c'est l'ailier gauche. Il est plein de bonne volonté et complète bien ses partenaires. Il s'entend à merveille avec Cossou qui se trouve d'avantage engagé. Oui, j'ai toutes les raisons de féliciter Carlier qui a pris une large part dans la réussite de Monaco.

Le onze-type du champion de France monégasque 61 :


AS Monaco 1960-1961

Attention ! Serge Roy sorte de faux ailier-droit !
Autres joueurs : Djibrill Karimou, ailier, attaquant ; Hess, demi, inter ; Casolari, défenseur, arrière droit...Alberto, gardien (6 m.)...
Szkudlapski = Théo.

ICI : TOUS LES XI CHAMPIONS DE FRANCE DEPUIS 1950.

Aucun commentaire :

Publier un commentaire